Dessin de la Campagne par Tardi et Témoignages d’enfants emprisonnés

mercredi 31 juillet 2019
par  Dalal Abusaud
popularité : 59%

Dessin de la Campagne par Tardi

L’auteur de bande-dessinées Jaques Tardi (Nestor Burma ; Le cri du peuple,…) a offert un dessin à la Campagne. Des reproductions sont vendues au profit de la campagne lors des événements auxquels participe le collectif, et des T-shirts seront bientôt disponibles.

Témoignages d’enfants emprisonnés
(traduits de la note d’information « ADDAMEER Quarterly, January-April 2019 »)

Arrestation d’enfant et interruption de scolarité. J’ai 14 ans et je vis à Bier Ayoub, Silwan à Jérusalem. Les forces armées israéliennes ont investi ma maison le 10 juillet 2018 à 14h. Je n’étais pas là car j’étais allé rendre visite à ma grand-mère. Ma mère m’a appelé pour me dire que les forces d’occupation israéliennes étaient venues me chercher, qu’elles avaient pris mes habits et retiendraient mon père en détention jusqu’à ce que je me livre à eux. Ils l’ont libéré un peu plus tard, mais je n’avais pas le choix et me suis rendu le lendemain matin, le 11 juillet. Il y avait trois soldats à la porte. Ils me mirent les menottes et me bandèrent les yeux. J’étais poussé et bousculé sans arrêt. Les soldats me tiraient par mes longs cheveux et cognaient mon front contre les murs. Ils me frappèrent dans le torse, à la tête et dans le dos tout en riant de moi et en m’insultant.

Un interrogateur me demanda plusieurs fois qui avait lancé le cocktail Molotov et je répondais chaque fois que ce n’était pas moi. Après un certain temps, il quitta la pièce pour laisser la place à trois soldats qui me tabassèrent de nouveau. Le 12 juillet, on m’envoya au tribunal. Je montrai alors au juge les traces de coups sur mon corps mais il ne s’en préoccupa pas et ordonna la prolongation de ma détention de quatre jours.
J’ai reçu une inculpation pour jet de cocktail Molotov et fus libéré le 27 août. Le juge avait ordonné que je reste loin de ma grand-mère et que je paye une amende de 3000 NIS. En conséquence de quoi j’ai rarement pu aller en classe pendant la troisième.

« Ils ont menacé mes parents »

J’ai 17 ans et je vis à al-Asaweya, Jérusalem. Le 3 mars 2018, de nombreux soldats des forces d’occupation sont arrivés chez moi à trois heures du matin. Ils ont forcé l’entrée en jetant tout par terre. Je me suis habillé et quand je suis sorti j’ai réalisé que les soldats arrêtaient aussi mes parents. Ma mère et moi fûmes transférés au commissariat d’Abu Ghnaim et parqués à l’extérieur dans le froid en attendant mon père. Nous n’avions pas le droit d’aller aux toilettes, de boire ou de manger quoi que ce soit. Mon père a été amené jusqu’à nous plus tard mais nous n’avions pas le droit de nous parler.
J’ai été interrogé du 3 au 8 mars au commissariat d’Abu Ghnaim. Deux interrogateurs menacèrent mes parents de me forcer à avouer que j’avais lancé des cocktails Molotov sur la colonie de Hazerstoff, mais je n’avouais rien. Ils me firent comparaître deux fois au tribunal. La première fois, j’écopai d’une extension de quatre jours de détention, puis une inculpation qui fut repoussée jusqu’à ce que je sois condamné à 12 mois de détention. L’interrogatoire prit fin le 8 mars 2018.
J’avais du platine dans ma cuisse droite à cause d’une balle reçue pendant les manifestations contre le transfert par Trump de l’ambassade US à Jérusalem. La blessure me faisait beaucoup souffrir mais on ne me donnait aucun antalgique. J’ai été transféré à la prison de Majiddo, le 23 mars 2018, où les conditions de détention étaient meilleures et où on me donna des anti-douleur. J’ai finalement été libéré le 1er février 2019.

Quand ils n’emprisonnent pas, ils assassinent !

Le vendredi 12 juillet le jeune Abd Arrahman Yaser Shtaiwi, 10 ans, a été touché en pleine tête par un tir de sniper alors qu’il jouait près de sa maison pendant que les villageois participaient à la manifestation annuelle contre la fermeture de la route menant au village voisin dont son père est un organisateur. La centaine de fragments retrouvés dans son cerveau lors de son opération en urgence pointent l’utilisation de balles explosives pour tuer un enfant !
C’est un crime de plus de l’armée d’occupation qui doit être dénoncé haut et fort pour que nos dirigeants mettent fin à leur complicité et imposent des sanctions à Israël !


Agenda

<<

2019

 

<<

Novembre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
28293031123
45678910
11121314151617
18192021222324
2526272829301
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois